vendredi 23 décembre 2011

Cours de langue béarnaise - 1

Purmère leçoû d’escriture e de loéngue biarnése enta Eric d’Aussau

Eric qu’escribou :
 Que bièni de minja l'escoatou1 , e bente plé porta camo2 , qu'èy pla minja que t'at d'isi

Courreccioû :
 Que biéni de minja l'escautoû1, e bént plé que porte cames2, qu'èy plâ minjat que t'at si jou !

Esplics :
 Que biéni ([é] fermé donc accent aigu) de minja l'escautoû1 (1°) « au » comme en espagnol « autor » - 2°) « -û » depuis la réforme de 1900, l’accent circonflexe marque une prononciation nasale, il remplace en fait un «n» disparu, il a la même fonction que le « til » du portugais dans « a lã » = «la laine» ; en béarnais, on écrira « la lâ »), e bént (1°) depuis la réforme de 1900, tous les « e » toniques portent un accent écrit soit aigu pour [é] soit grave pour [è] – 2°) le « ẹ », dit « e » pointé car il porte un point dessous, se prononce [é] faible, c’est une voyelle toujours atone comme le « e » de l’espagnol « coche ») plé que (le « que » précède le verbe conjugué comme l’article le nom ; ce « que » est une particule verbale qui ne se traduit pas en français) porte cames2, qu'èy plâ (voir ci-dessus l’explication de « -û ») minjat (le participe passé est terminé au masculin par un « -t ») que t'at si (c’est le verbe « dìsẹ » = « dire » en français, « decir » en espagnol et « dizer » en portugais) jou ! (le béarnais « Que t’at dìsi you » = l’espagnol « te lo digo yo » = le français « c’est moi qui te le dis »).

____________________
D’après le Dictionnaire du Béarnais et du Gascon Modernes, Paris, CNRS, 2ème édition, 1974, 1039 p. :

• 1 Escautoû = Bouillie de maïs. Voir → cruchade, broye, gaudines.

• 2 mot à mot → « ventre plein porte jambes », Simin Palay nous en donne deux exemples :
- Béntẹ plé que porte cames, quand on a bien mangé on est solide sur ses jambes.
- Béntẹ plé que porte cames, la panse garnie donne des jambes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire