jeudi 28 mars 2013

Ligne PAU-CANFRANC - 27 mars 1970 - LE DÉRAILLEMENT

En BIARNÉS    
27 de Mars 1970, desralhamén deu trî entà Canfrànc

Dibés sén 27 de mars, que soun 6 ores deu matî. Lou purmè trî qui puye ta Canfrànc, qu'éy û trî de carcadìs (de marchandise) : dues chiulères (locomotives) de la coumpagnie deu Camî de Hèr deu Mieydie – BB 4200 bérdes – que courdéyen bagoûs de milhòc. Que hè engoère rét en aquére sesoû, sustoùt au houns de la balée. Lous ralhs que soun tourràts. Û cop passàt Eygùn, lou trî que s'ataque à ûe de las méy hortes puyades deus camîs de hèr francés : 43 per mile qu'éy à dìsẹ que la ligne que puye de 4,30 mètres touts cén mètres. De tire, la tourrade que hè patinà las machines. En aquéth cas, que y a û sistèmi qui hè gahà las arrodes : lous counductoùs qu'embien sàblẹ debàth de las arrodes. Més, lous bachèts de sàblẹ que soun boéyts ! Y l'usine elettrique d’Urdòs ne da pas prou de courén entàus frîs. Lou trî qu'éy arrestàt. Alabéts lous dus mecaniciéns que ban anà hicà pèyres deu balàst entér las arrodes y lou ralh entà las tournà ha gahà pè. Cadû que bache deu soû coustàt : ad aquéth moumén, lou trî que se-n ba de cu y que debare à hoéc de calhàu !
Que trauque la gare de Lescû – Cète-Eygùn à méy de cén à l'ore y, trés kms méy bach qu'arribe au biroulét deu poun de l'Estanguét. Lou trî hòu que-s destourne y que desapite lou poun au houns deu gàbẹ. Lous bagoûs que soun en broye, las machines estripades y lous frîs que chìulen à la mourt coum ûe bèstie à las darrères.
La daune de l'Estanguét qu'arcoélh lous dus mecaniciéns coumpletamén estranglàts ! À qui la faute ? Saboutàdjẹ ? Erroù de counduite ? Male-chance ? Arrés n’at saberàn jaméy... Aquéth die de Pasques de 1970, noumbroùs qu'estoùn lous Biarnés ta anà bédẹ aquére catastrofe. En la semmane, la SNCF, que demandè ûgn'àudẹ poun à l'armade y Parìs que digoù « Nàni ! ».
Lountéms ûe afiche que jauneyè sus û panèu dìsẹn que lou trafic qu'ère estangàt p'ou moumén entér Bedoùs y Canfrànc.
La seguide ? Que la counechém, ja. Si lous Biarnés e bòlẹn tournà enténẹ à chiulà lou trî, chiulà la bite en la balée d'Aspe...

Lou Françoès de Ledeuix
Carte postale d'un train de marchandises passant à Etsaut dans les années 1950 / 1960
(carte rare - Collection Marcel Laperne)
Mémoire d'Aspe / collection Jean Brenot http://memoiredaspe.free.fr/html/Menu.htm 
Le même endroit aujourd'hui, débarrassé de tout vestige pour ne pas faire obstacle
au débit du gave d'Aspe
En FRANÇAIS   
PAU-CANFRANC - Le déraillement du 27 mars 1970

Nous sommes le Vendredi Saint de 1970, le 27 mars. Il est 6 heures du matin. Le premier train à monter vers Canfranc est un train de marchandises : deux locomotives de la Compagnie du Chemin de Fer du Midi - des BB 4200 - remorquent des wagons de maïs. Il fait encore froid en cette saison, surtout dans l'étroit couloir de la Vallée d'Aspe. Le givre s'est déposé sur le rail. Quand le convoi vient de dépasser le village d'Eygun, il attaque l'une des plus fortes rampes du réseau ferroviaire, 43 pour mille (*).
Immédiatement, le givre provoque le patinage des machines. En ce cas, un dispositif permet de redonner de l'adhérence aux roues des locomotives : les mécaniciens projettent du sable à l'avant des roues motrices. Mais les sablières des machines sont vides et la sous-station électrique d'Urdos ne débite que peu de courant! Le convoi est stoppé. Les deux mécaniciens vont alors procéder à ce que font tous les mécaniciens en ce cas, ils vont aller mettre des pierres du ballast entre les roues et le rail pour regagner l'adhérence perdue.
Chacun descend d'un côté du train: c'est à ce moment là que le convoi part à reculons et sa dérive prend très vite une allure d'enfer ! C'est à plus de 100 kilomètres à l'heure qu'il franchit la gare de Lescun-Cette-Eygun et, 3 kms en aval, il aborde le pont de l'Estanguet, situé dans une courbe: le train fou déraille, broyant et précipitant le pont en fer dans le gave d'Aspe. Les wagons sont disloqués, les machines sont éventrées: les réservoirs d'air des freins sifflent à la mort comme une bête à l'agonie après le hallali !
La première personne à entendre le terrible fracas du déraillement est l'aubergiste du café de l'Estanguet ; c'est elle qui accueille les 2 mécaniciens qui courent après leur train.
Quelle dérision ! sabotage ? erreur de conduite ? la faute à « pas de chance » ? nul ne saura… Les deux mécaniciens ne sont plus aujourd'hui de ce monde, le dernier étant mort il y a 3 ans alors même que FR3 Aquitaine tournait un film sur l'épopée du Canfranc, Ode à la voie.
Ce jour de Pâques de 1970, les Béarnais étaient nombreux à se rendre sur les lieux du drame.
Dans la semaine qui suivit, la SNCF demanda à l'Armée de dépêcher un pont de remplacement. Mais Paris dit: « Non, on ne rétablit pas le Canfranc ! »
Longtemps jaunira une affiche sur un panneau annonçant que le trafic est provisoirement suspendu entre Bedous et Canfranc...
La suite ? nous la connaissons si les Béarnais veulent entendre à nouveau dans la vallée d'Aspe siffler le train, siffler la vie !

(*) 43 pour mille: cela signifie que la ligne s'élève de 4,30 mètres tous les 100 mètres.

 Pour tous renseignements concernant la réouverture de la ligne du Canfranc, visitez le site du CRÉLOC http://creloc.intermodalite.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire