samedi 30 mars 2013

Deux photos de Françoès de Ledeuix pour les fêtes de Pâques

Dues fotòs de Françoès de Ledeuix entà las hèstes de Pasques
Un grand coin de montagne : l'Ossau (lou cachàu)
vu du Boulevard des Pyrénées à Pau
Un petit coin de campagne : le Barescou à Escot
_________________________________
Fotòs y leyéndes de Françoès de Ledeuix


vendredi 29 mars 2013

jeudi 28 mars 2013

Ligne PAU-CANFRANC - 27 mars 1970 - LE DÉRAILLEMENT

En BIARNÉS    
27 de Mars 1970, desralhamén deu trî entà Canfrànc

Dibés sén 27 de mars, que soun 6 ores deu matî. Lou purmè trî qui puye ta Canfrànc, qu'éy û trî de carcadìs (de marchandise) : dues chiulères (locomotives) de la coumpagnie deu Camî de Hèr deu Mieydie – BB 4200 bérdes – que courdéyen bagoûs de milhòc. Que hè engoère rét en aquére sesoû, sustoùt au houns de la balée. Lous ralhs que soun tourràts. Û cop passàt Eygùn, lou trî que s'ataque à ûe de las méy hortes puyades deus camîs de hèr francés : 43 per mile qu'éy à dìsẹ que la ligne que puye de 4,30 mètres touts cén mètres. De tire, la tourrade que hè patinà las machines. En aquéth cas, que y a û sistèmi qui hè gahà las arrodes : lous counductoùs qu'embien sàblẹ debàth de las arrodes. Més, lous bachèts de sàblẹ que soun boéyts ! Y l'usine elettrique d’Urdòs ne da pas prou de courén entàus frîs. Lou trî qu'éy arrestàt. Alabéts lous dus mecaniciéns que ban anà hicà pèyres deu balàst entér las arrodes y lou ralh entà las tournà ha gahà pè. Cadû que bache deu soû coustàt : ad aquéth moumén, lou trî que se-n ba de cu y que debare à hoéc de calhàu !
Que trauque la gare de Lescû – Cète-Eygùn à méy de cén à l'ore y, trés kms méy bach qu'arribe au biroulét deu poun de l'Estanguét. Lou trî hòu que-s destourne y que desapite lou poun au houns deu gàbẹ. Lous bagoûs que soun en broye, las machines estripades y lous frîs que chìulen à la mourt coum ûe bèstie à las darrères.
La daune de l'Estanguét qu'arcoélh lous dus mecaniciéns coumpletamén estranglàts ! À qui la faute ? Saboutàdjẹ ? Erroù de counduite ? Male-chance ? Arrés n’at saberàn jaméy... Aquéth die de Pasques de 1970, noumbroùs qu'estoùn lous Biarnés ta anà bédẹ aquére catastrofe. En la semmane, la SNCF, que demandè ûgn'àudẹ poun à l'armade y Parìs que digoù « Nàni ! ».
Lountéms ûe afiche que jauneyè sus û panèu dìsẹn que lou trafic qu'ère estangàt p'ou moumén entér Bedoùs y Canfrànc.
La seguide ? Que la counechém, ja. Si lous Biarnés e bòlẹn tournà enténẹ à chiulà lou trî, chiulà la bite en la balée d'Aspe...

Lou Françoès de Ledeuix
Carte postale d'un train de marchandises passant à Etsaut dans les années 1950 / 1960
(carte rare - Collection Marcel Laperne)
Mémoire d'Aspe / collection Jean Brenot http://memoiredaspe.free.fr/html/Menu.htm 
Le même endroit aujourd'hui, débarrassé de tout vestige pour ne pas faire obstacle
au débit du gave d'Aspe
En FRANÇAIS   
PAU-CANFRANC - Le déraillement du 27 mars 1970

Nous sommes le Vendredi Saint de 1970, le 27 mars. Il est 6 heures du matin. Le premier train à monter vers Canfranc est un train de marchandises : deux locomotives de la Compagnie du Chemin de Fer du Midi - des BB 4200 - remorquent des wagons de maïs. Il fait encore froid en cette saison, surtout dans l'étroit couloir de la Vallée d'Aspe. Le givre s'est déposé sur le rail. Quand le convoi vient de dépasser le village d'Eygun, il attaque l'une des plus fortes rampes du réseau ferroviaire, 43 pour mille (*).
Immédiatement, le givre provoque le patinage des machines. En ce cas, un dispositif permet de redonner de l'adhérence aux roues des locomotives : les mécaniciens projettent du sable à l'avant des roues motrices. Mais les sablières des machines sont vides et la sous-station électrique d'Urdos ne débite que peu de courant! Le convoi est stoppé. Les deux mécaniciens vont alors procéder à ce que font tous les mécaniciens en ce cas, ils vont aller mettre des pierres du ballast entre les roues et le rail pour regagner l'adhérence perdue.
Chacun descend d'un côté du train: c'est à ce moment là que le convoi part à reculons et sa dérive prend très vite une allure d'enfer ! C'est à plus de 100 kilomètres à l'heure qu'il franchit la gare de Lescun-Cette-Eygun et, 3 kms en aval, il aborde le pont de l'Estanguet, situé dans une courbe: le train fou déraille, broyant et précipitant le pont en fer dans le gave d'Aspe. Les wagons sont disloqués, les machines sont éventrées: les réservoirs d'air des freins sifflent à la mort comme une bête à l'agonie après le hallali !
La première personne à entendre le terrible fracas du déraillement est l'aubergiste du café de l'Estanguet ; c'est elle qui accueille les 2 mécaniciens qui courent après leur train.
Quelle dérision ! sabotage ? erreur de conduite ? la faute à « pas de chance » ? nul ne saura… Les deux mécaniciens ne sont plus aujourd'hui de ce monde, le dernier étant mort il y a 3 ans alors même que FR3 Aquitaine tournait un film sur l'épopée du Canfranc, Ode à la voie.
Ce jour de Pâques de 1970, les Béarnais étaient nombreux à se rendre sur les lieux du drame.
Dans la semaine qui suivit, la SNCF demanda à l'Armée de dépêcher un pont de remplacement. Mais Paris dit: « Non, on ne rétablit pas le Canfranc ! »
Longtemps jaunira une affiche sur un panneau annonçant que le trafic est provisoirement suspendu entre Bedous et Canfranc...
La suite ? nous la connaissons si les Béarnais veulent entendre à nouveau dans la vallée d'Aspe siffler le train, siffler la vie !

(*) 43 pour mille: cela signifie que la ligne s'élève de 4,30 mètres tous les 100 mètres.

 Pour tous renseignements concernant la réouverture de la ligne du Canfranc, visitez le site du CRÉLOC http://creloc.intermodalite.com/

mercredi 27 mars 2013

Ligne PAU-CANFRANC - Enquête publique - OLORON - BEDOUS

Aujourd'hui 27 mars 2013, cela fait fait 43 ans que le dernier train pour Canfranc est parti et... a déraillé.
Ce mois de mars a vu parallèlement l'ouverture de l'enquête publique pour la réouverture du tronçon Oloron - Bedous. C'est en Avril et en mai que se déroulera l'enquête...
27 de mars 1970, desralhamén deu trî
au poun de l'Estanguét
Oèy, aquìu que-n èm, tè, dap l’enquèste publique entà tournà aubrì d'Aulouroû dinqu'à Bedoùs. Aquerò qu'éy prebist entà 2015
P'ou moumén, l'enquèste d'utilitàt publique
qu'éy ubèrte...
Et demain, le récit de l'accident par Françoès de Ledeuix

 Pour tous renseignements concernant la réouverture de la ligne du Canfranc, visitez le site du CRÉLOC http://creloc.intermodalite.com/
_____________________________
Fotòs e leyéndes de Françoès de Ledeuix 

mardi 26 mars 2013

Pau, capitale du Béarn - Le BOULEVARD des Pyrénées

LE BOULEVARD - Lou BALUÀR

Bistes de l'Aussàu deu Baluàr enlà - 1
Bistes de l'Aussàu deu Baluàr enlà - 2
Bistes de l'Aussàu deu Baluàr enlà - 3
Lou Baluàr bist deu bach enlà
En tournàn puyà per l'asensùr de l'Oustàu deu Departamén - entà parlà simplemén : 
lou Counsélh Generàu...
Û cop sourtìt de l'asensùr que s'y pot descoubrì lou castèth  e à mâ dréte, drin deu 
Parlamén de Nabarre
Bist deu Baluàr, "l'Oustàu deu Departamén" 
coum dìsin bitare...
À l'àudẹ cap deu Baluàr, ço qui s'aperabe audabàn, lou Casinò

______________

Repourtadyòt de Biarn Toustém deu didyàus 21 de mars 2013


dimanche 24 mars 2013

Béarn - Vallée d'ASPE - Deux écussons cachés

Biarn – Balée d’ASPEDus escùts escounùts y desbroumbàts

Et poun sus et gàbẹ d'Aspe, ar'entrade de Sarrance, qu'estoù bastìt en 1879. Qu'estoù eslarjìt à pus près en 1988 dap dus trotoèrs qui escoùnẹn dus escùts hère beròys, er û d'Aulouroû y er àudẹ de Jacà.
Qu'éy mauaysìt de-n tirà fotòs, d’aquéths dus escùts, permoù deràs brangues, y urousamén, eràs hoélhes ne y soun pas engoère...
________________________________
Fotòs y coumentàris de Françoès de Ledeuix

samedi 23 mars 2013

Pau, capitale du Béarn - Le FUNICULAIRE

Lou funiculàri de la gare...
La "gare" deu funiculàri
Dehéns la "gare" deu funiculàri
Aquéth panèu elettrounìc que-p da las endiques qui-p hèn rèyte
Que-p da l'ore e medìch la sasoû !
Que-p dits quoan s'y pot gahà lou funiculàri deu dilûs tau disàtt...
...e quin se passe lous diményẹs e dies de hèste 
Bitare que bam puyà
La cabine 
Que couménce de puyà
Que puyàm beròy
Qu'arribàm, que bam poùdẹ sourtì, ya !
Quin éy dehéns, deu soum enlà
...e deu bach enlà
Qu'èm sourtìts
De la gare enlà, que-us bedém à puyà
Que biénẹn de croudzà-s
Deu Baluàr enlà, qu'arribe au houns
Qu'éy arribàt
Las dues gares e l'aussàu
___________________
Fotòs de Biarn Tousté

E ta acabà, dues beroyes fotòs deu funiculàri per Françoès de Ledeuix
L'escùt de Pau dap las baquétes, lous paus e la couroune deu noùstẹ Enrìc
Bist de debàth enlà
 Dues àuds fotòs deu funiculàri per Françoès de Ledeuix

jeudi 21 mars 2013

Aurélie Filippetti - CONTRE le provençal et POUR l'occitan

Selon la ministre Aurélie Filippetti, défendre le provençal, au lieu de l'occitan, c'est se laisser aller "au repli et à la fragmentation".
Si la ministre craint autant le repli sur soi et la fragmentation, nous lui conseillons vivement de ne reconnaître aucune langue régionale puisque le français est déjà LA langue commune à toute la France ! (pas de langues régionales, donc zéro repli et zéro fragmentation)
Question à la ministre : en quoi, défendre le béarnais par exemple serait-il plus le témoignage d'un repli sur soi que de défendre le basque ou le breton ?!
Biarn Toustém
_____________

Communiqué du Collectif PROUVÈNÇO


Madame Aurélie Filippetti, ministre de la Culture ne respecte pas la pluralité des langues d’Oc

mercredi 20 mars 2013, par La Chourmo dóu couleitiéu
Voici la question écrite adressée à Madame la Ministre de la Culture et de la Communication, le 25 septembre 2012 par Jean-Pierre Vigier, député de la Haute-Loire :

QUESTION ECRITE N°5137

M. Jean-Pierre Vigier attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur l’observation des pratiques linguistiques et sur la valorisation des cultures et des langues régionales qui constituent un patrimoine français riche et vaste. Il lui demande de bien vouloir lui apporter des précisions quant à l’état d’avancement de la réflexion engagée sous le gouvernement précédent, et plus particulièrement en ce qui concerne les langues d’oc dont la diversité doit être préservée.

Voici la réponse de Madame la ministre :

La France mettra en oeuvre le processus de ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, conformément à l’engagement du Président de la République. Ce travail sera fait de manière transversale et coopérative, et visera, en liaison étroite avec les parlementaires et l’ensemble des élus, à assurer un plein développement aux langues de France. Dans le domaine occitan, fidèle à l’esprit de responsabilité partagée entre les différents organes publics, l’État porte son effort sur la coordination inter-régionale déjà engagée entre Aquitaine et Midi-Pyrénées, et destinée à s’étendre aux autres collectivités du territoire intéressé. Un document de cadrage pour un dialogue entre l’État et les collectivités sur la promotion de l’occitan a été mis au point. Il concerne la numérisation du patrimoine documentaire, le livre et l’édition, le spectacle vivant et la programmation audiovisuelle, et tend à inscrire les projets dans les dispositifs de droit commun du ministère de la culture et de la communication et des collectivités. Pour ce qui concerne la désignation des usages, les services de l’État considèrent que la langue d’oc ou occitan se réalise sous différentes formes ou variétés, dont le nom est donné dans la liste des langues de France diffusée par le ministère de la culture et de la communication : l’occitan parlé en Auvergne est l’auvergnat, en Languedoc le languedocien, en Provence le provençal, etc. Les variations qui distinguent ces parlers sont donc prises en compte, mais ne remettent pas en cause l’unité du domaine. Cette position est une reconnaissance de la pluralité interne des systèmes linguistiques, contre les tendances au repli et à la fragmentation.

Réponse du Collectif Prouvènço

Madame Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication ne fait qu’appliquer la politique linguistique définie depuis de longues années au sein de la DGLFLF (Direction Générale à la Langue Française et aux Langues de France). Les réponses, qui se succèdent depuis maintenant des années, sont toujours des copiés-collés de type "l’occitan, dans sa diversité....." Nous savons tous que c’est faux car nous connaissons l’hégémonie occitaniste, mais notons cette fois-ci une phrase nouvelle : "cette position est une reconnaissance de la pluralité interne des systèmes linguistiques, contre les tendances au repli et à la fragmentation".
Plus de 4000 signatures dans une grande pétition contre un centre supra régional occitan, des milliers de lettres pour la reconnaissance de la langue provençale, des centaines d’intervention de sénateurs, de députés, 115 communes qui soutiennent l’action en faveur du provençal, plusieurs centaines d’associations qui, au quotidien, défendent et œuvrent au sein de la culture provençale...
RIEN N’Y FAIT, DE FAÇON IMPERTURBABLE SANS RESPECTER LA VOLONTÉ DES ÉLUS DE LA NATION, SANS RESPECTER LE PEUPLE DE PROVENCE, LES MINISTRES SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT, ILS NIENT QU’EN PROVENCE ON PARLE ET ON ÉCRIT LE PROVENÇAL, EN BÉARN LE BÉARNAIS, ETC...
Nous vous laissons juges !
Cependant, nous regrettons profondément la position de la direction du Félibrige, qui, dans un mail adressé à un très grand nombre de personnes, se félicite d’une telle réponse comme si c’était une victoire... Nous devons le dire avec regret, cette position conduirait inéluctablement à la main mise de l’occitan sur l’ensemble des langues d’Oc.
Or, si le Collectif Prouvènço et le Félibrige étaient unis sur la nécessité de la reconnaissance du provençal comme langue de France, l’occitanisme n’existerait plus en Provence.
Cela dit, vous pouvez compter sur la force de conviction du Collectif Prouvènço pour défendre nos traditions, notre culture et notre langue.
JPG - 11.9 ko

Le BÉARN défend son identité

Més au gran Dìu bibàn,
dechàt-nse bìbẹ !
_______________________
Bruno Bouriat que publiquè sus Feysboùc aquéste beroye coumpousicioû 

mercredi 20 mars 2013

Le PRINTEMPS - ça y est, on y est enfin

OÉY QU’ÉY LOU PURMÈ DIE DEU PRINTÉMS, DE LA PRIME OU DE LA PRIMABÈRE
Effort remarquable de petites fleurs
sur les ruines d'une bergerie de montagne
Composition florale avec des fleurs de jardin
__________________________________
Fotòs e leyéndes de Françoès de Ledeuix 

mardi 19 mars 2013

BÉARN - De l'hiver au printemps - On y croit

Darrères néus, purmères flous...
Nabère pélhe de coumbàt deu Pelùt de Leduix
La néu deu 13 de mars 2013 
sus Aulouroû Sénte-Marie adroumide
Paciénce, lou printéms qu'arribe, ya !
__________________________________
Fotòs e leyéndes de Françoès de Ledeuix