mercredi 18 mars 2015

IDENTITÉ DU BÉARN : LE HARA-KIRI PALOIS...

• Devinette... Où se trouve cette boutique de souvenirs ?
Quelque part en Haute-Garonne, dans le Languedoc, à Albi, Carcassonne ? Eh, oui, avec le drapeau de Toulouse en première ligne, tout laisserait à penser que nous sommes auprès d'un château cathare...
• Réponse...
Que nenni ! Nous sommes à Pau, capitale du BÉARN, en face du château, au pays de Gaston Fébus, de Jeanne d'Albret, reine de Navarre, et de son fils Henri III de Navarre, Henri IV de France... 
Bizarre, tout de même ce drapeau de Toulouse et ces croix du Languedoc en plein Béarn surtout quand on sait ce que disent les historiens :
« À aucun moment de son histoire, la vicomté de Béarn n'a été inféodée de quelque manière que ce soit à la province du Languedoc ou au comté de Toulouse. Aucun exemple d'un acte de vassalité envers le comte de Toulouse n'est connu... » (Christian DESPLAT)

Alors pourquoi, dans un lieu aussi chargé d'histoire, aussi visité par les touristes, introduire la confusion et donner une idée complètement erronée de l'histoire locale ?
À l'heure où François Bayrou, maire de Pau, s'est officiellement engagé avec son projet « Pays de Béarn » à faire sortir celui-ci de la quasi clandestinité médiatique dans laquelle il végète, comment peut-on inclure avec autant d'ostentation le Béarn dans le Languedoc ? La présence incongrue de ce drapeau de Toulouse jette à coup sûr encore un peu plus de flou, de brouillard et d'ombre sur le Béarn.
Pour accroître la notoriété du Béarn, il y aurait bien des incohérences et des manques criants à corriger : l'absence de drapeau béarnais sur les tours du château de Pau, l'absence de panneaux indicateurs du Béarn aux entrées et sorties de l'ancienne province, l'absence d'une signalétique béarnaise digne de ce nom en particulier sur les sites touristiques ainsi que sur les dépliants du même nom, la non reconnaissance du béarnais à l'école où seul l'« occitan » est éventuellement enseigné, etc.
Au lieu de cela, on voit fleurir des drapeaux de Toulouse dans des lieux stratégiques et à diverses occasions festives comme « hestivoc », le carnaval dit « biarnés » de Pau, ou pire, sur la façade de la mairie d'Orthez où flotte en permanence un drapeau hybride béarno-toulousain, grotesque OGM culturel, fruit de l'idéologie occitaniste dont le but final est bien la soumission ridicule du Béarn et de la Gascogne au Languedoc et à Toulouse.
La mairie de Pau pendant «hestiv'òc»
ORTH'ÒC, la nouvelle mairie d'Orthez et les vaches béarnaises crucifiées sur la croix cathare
Espérons que le projet « PAYS DE BÉARN » de François BAYROU provoque enfin le réveil salutaire de l'identité Béarnaise...
OLORON
LAAS
OLORON, LA TOUR DE GRÈDE
———————
Fotos y coumentàris de Biarn Toustém

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire