mercredi 5 août 2015

HESTIV'OC 2015 - GARBURE BÉARNAISE OU INVASION DU CASSOULET - N°1

Hestiv'òc est le festival estival palois des occitanistes, copieusement subventionné, cela va sans dire, et dont le but est de faire croire que les Béarnais et les Gascons sont «occitans»*. Les groupes à l'affiche sont en général plus ou moins acquis à l'occitanisme.
Bon, l'occitanisme, kézako ?! Eh bien, c'est ce dogme parachuté du Languedoc pour inculquer aux Béarnais l'idée que le «béarn» n'est qu'un tout petit petit coin de l’immense «Occitanie», que le blason du tout petit petit «béarn», avec ses «baquétes», doit être remplacé par la croix de Toulouse et que le béarnais, ça n'existe pas, ce n'est pas une langue ni même un dialecte, à la rigueur un sous-dialecte, guère mieux qu'un patois. C'est bien pour cela qu’aujourd’hui encore, de la maternelle à l'université, la langue béarnaise n'est toujours pas reconnue ni enseignée... Un comble pour une langue administrative officielle en Béarn jusqu’à la révolution.
• Pensée positive... 
Y aurait-il cette année un léger assouplissement dans l'application de l'idéologie officielle du festival ?
On peut l'espérer en voyant que le groupe ossalois ESTA, qui n'a rien d'occitaniste, est programmé pour le vendredi 21 août à 16h00 au théâtre St Louis. Progrès timide, certes, mais qui peut-être en appellera d'autres.
Ci-dessous quelques pages caractéristiques glanées dans le programme d’Hestiv’òc 2015. Ce qui promeut l’identité béarnaise est entouré en vert, ce qui en nie l’existence est entouré en rouge. 
Le nom BÉARN en teinte pâle,  en tout petit et sans majuscule comme si les organisateurs en avaient honte. «LA» culture unique «Occitana» sont en revanche très visibles
Un morceau de blason béarnais étouffé par la grosse croix de Toulouse : l'asservissement idéologique du Béarn est inscrit sur la couverture.
Ouf, les annonceurs privés nous sauvent : merci à eux !
L'étau occitaniste se desserrerait-il ?
Qu'est-ce que vient faire ici cette croix de Toulouse incongrue ?!
On regrette l'annonce de 2012 !!!
Ouf, les annonceurs privés nous sauvent : merci à eux !
-------------------------
Pour en savoir plus / Enta-n sabé méy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire