mardi 3 novembre 2015

CONSULTEZ LES PAGES DU BLOG «BIARN TOUSTÉM» - LA CHANSON BÉARNAISE

• Chansons béarnaises par Jean Abadie

• deth Hayét d'Aulouroû

Jean Abadie par Léontine 
Seulement pour le plaisir de chanter
---------------

LA CANSOÛ DE LA HIALÈYRE

Au toû coégn1 qu’as û ribàn blanc
Blanc coum nèu au sourélh lhebàn (bis)
Bère hialèyre
Que hièles deu matî au sé
Dits-me perqué
Bire husét2 bire bire
Deu matî au sé bire bire
Que cau ûe pélhe ent’abilhà
La maynade qui bam batià

                        2
Au toû coégn qu’as û ribàn blu
Blu coum la flou deu lî madù (bis)
Bère hialèyre...

Que-u cau quoan se mariderà
Ûe camise nabe à-s boutà

                        3
Au toû coégn qu’as û ribàn rouy
Rouy coum l’aube quoan y a plouye (bis)
Bère hialèyre...

Que-u calerà quoan plourerà
Û moucadé tà s’echugà

                        4
Au toû coégn qu’as û ribàn négrẹ
Négrẹ engoère méy qu’û tros de pégue3
Bère hialèyre...

Que-u calerà quoan mourirà
Û linçòu entà l'enterrà
____________________
1 Quenouille
2 Fuseau
3 Poix

___________________________________________
La maysoû de Terèse
(La maison de Thérèse)

Û tout petìt bitàdjẹ
Une toute petite vigne
Û beròy casalà
Un joli enclos
Û téyt hèyt en arrèdjes
Un toit fait d'ardoises
Û sòu tout labassàt
Un sol dallé
Quoan èri tout maynàdjẹ
Quand j'étais enfant
Qu’aymàbi à m’escapà
J'aimais m'échapper
Héns la maysoû de Terèse
Dans la maison de Thérèse
Qui hasè tan de boû anà.   (bis)
Où il faisait si bon aller

Qu’ère soubén dap Terèse
Avec Thérèse c'était souvent
L’ore de brespeyà
L'heure de goûter.
Nou se-n dabe pas hère
S’espiabe tau lacà
Ta jou qu’ère û mistère
Pour moi c'était un mystère
Toustém renoubelàt
Toujours renouvelé
L’ahùm de la padère
Le parfum de la poële
Qui-m hasè babilhà.   (bis)
Qui me faisait saliver

Tà bî qu’abèm poumade
Du cidre en guise de vin
Tabé de cops binàt
Parfois aussi de la piquette
Lous capoûs que cauhaben
Les pommes cuites au four chauffaient
Dabàn lou carbulhà
Devant les braises.
En soulè que secaben
Au grenier séchaient,
Esquilhòts, aberâs
Les noix et les noisettes.
La maysoû qu’embaumaben
La maison était parfumée
Las poumes de cabàu.   (bis)
Des pommes ammasées.

Dap lou téms tout qu’arribe
Avec le temps vient, tout
Ço qui déu arribà
Ce qui doit arriver.
L’eslame s’éy mouride
La flamme s'est éteinte,
Lou larè arredàt
Le foyer refroidi
La porte qu’éy clabade
La porte est fermée,
Lou pourtàu barroulhàt
Le portail verrouillé.
                Terèse se-n éy anade
   Thérèse  est partie,
  Arré nou bau l’oustàu.   (bis)
                La maison n'est plus rien.
________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire